Parfum mystérieux du bonheur à venir,

La poésie s’éveille.

Le pinceau du peintre vagabonde

Sur la palette aux tons variés.

Le vent léger caresse les nuances :

Gris, blanc, jaune..

Jaune, blanc, gris…

Le piano de l’automne a joué ce matin,

Dans les bois orangés la musique du vent.

Des soupirs s’échappaient des arbres couleur pourpre.

Sanglots de feuilles mortes.

Raymonde LORA-RONCO

Le Salon des Poètes de Lyon

3éme Prix Mignardises 2008

Poèmes extraits Recueil «d’Ombre et de Lumière».